Accès et modalités

par webjuro

L’accès en bac pro se fait soit après la classe de 3e, soit après un CAP ou encore après une 2de ou une 1re générale ou technologique sur avis de l’équipe pédagogique.

C’est en fin de 3e, lors des vœux d’orientation, que les élèves choisissent leur spécialité de bac pro. La classe de 2de professionnelle permet d’aborder un champ professionnel (assez large) ou une filière (plus spécialisée). Dans le cas où la spécialité du bac pro demandée est rattachée à un champ professionnel d’une classe de 2de professionnelle, les demandes et décisions d’orientation mentionnent, à côté de la spécialité du bac pro, le champ professionnel de la classe de 2de. Pour connaître la liste des champs professionnels et des filières, reportez-vous à la page 12.

Les diplômés d’un CAP ou d’un BEP obtenu à la session précédant l’inscription peuvent poursuivre leur formation vers le baccalauréat professionnel en 2 ans, dans une spécialité en cohérence avec celle du diplôme obtenu. Ils intègrent alors la classe de 1re professionnelle.

La formation se déroule en lycée professionnel, en lycée professionnel agricole ou maritime (public ou privé), ou par l’apprentissage en centre de formation d’apprentis (CFA), public ou privé, ou en section d’apprentissage (SA). Certains bacs pro se font à plus de 80% par apprentissage comme les bacs pro mise en œuvre des matériaux option industries textiles et fonderie ou encore le bac pro boucher –charcutier- traiteur (67% des formations par apprentissage).

Suivre la formation par apprentissage est un atout pour s’insérer dans le milieu professionnel. Ainsi, en 2007, 81% des diplômés de bac pro suivi par apprentissage étaient en emploi, contre 62,8% pour les diplômés de la voie scolaire.

Le bac pro peut aussi se préparer à distance (essentiellement pour les bacs pro agricoles et maritimes), en formation professionnelle continue pour les adultes engagés dans la vie professionnelle ou par la validation des acquis de l’expérience (VAE). Toute personne ayant exercé une activité bénévole ou salariée pendant au moins 3 ans dans le champ du diplôme peut demander à faire valider les acquis de son expérience (tout ou partie).

Partager cette page